Chaires
Chaire « Usages du numérique »

La Banque Populaire du Sud a souhaité prendre les devants, saisir l’opportunité de se rapprocher de sa clientèle, accroître sa disponibilité et créer la banque demain.

Universitaires et professionnels de la banque ont mené conjointement des travaux de recherche qui ont permis à la Banque Populaire du Sud d’anticiper au mieux les mutations que réservent le numérique. A l’université, ce sont 2 enseignants-chercheurs en sciences de gestion (Michel Mannarini et Fabienne Villeseque-Dubus) qui ont travaillé avec l’équipe de direction de la Banque Populaire du Sud pour définir les thèmes précis et les méthodes du travail collaboratif de la chaire.

Deux thèses ont été financées : l’une sur le pilotage de la transformation numérique dans les activités bancaires et la seconde sur les impacts du numérique sur le management. Des travaux s’appuyant sur les pratiques de la Banque Populaire du Sud et de ses collaborateurs en se basant sur leurs données.

Conférences et colloques ont également été organisés, comme en 2018 avec le soutien du colloque « L’entreprise face aux défis du numérique » organisé par le laboratoire de Droit Economique et de Développement de l’UPVD (CDED). Ce colloque a eu lieu à l’occasion de la mise en place de la loi RGPD face à un public de chercheurs et de chefs d’entreprises.

La chaire a également financé plusieurs stagiaires en Master et la création d’un laboratoire d’idées via un groupe de travail exploratoire mixte. En 2019 par exemple, 5 étudiants en Master 2 de l’IAE de l’UPVD, option management des organisations, ont mené un projet d’entreprise, le « DigitalDay », afin de faire découvrir les applications et les solutions numériques de la banque lors de la « Digiweek » Banque Populaire du Sud.

Par ce partenariat, la Fondation de l’université de Perpignan a démontré une nouvelle fois son dynamisme et la volonté de l’UPVD de s’ouvrir au monde de l’entreprise.

 

Chiffres clés

  • 6 ans : 3 ans de thèse par doctorante
  • 2 bourses de thèse
  • 1 évènement annuel
  • 1 projet d’entreprise par an mené par des étudiants en Master 2 de l’IAE de Perpignan

François Cartier « C’est en échangeant avec nos interlocuteurs à l’université et sa fondation, qu’est venue l’idée de créer cette chaire. Il s’agit d’un prolongement de notre partenariat en tant que membre du Conseil de Gestion de la Fondation UPVD…Cette chaire numérique permettra de mieux répondre aux questions qui se posent à l’Entreprise dans sa relation client par la transformation numérique. Un des défis est de faire évoluer le mode de relation avec le client pour répondre aux nouvelles attentes, maintenir la proximité,, donner toujours plus de fluidité ! ». le périmètre d’investigation de la chaire concerne autant la relation client que l’organisation même de l’entreprise, sa politique RH

En quoi consiste concrètement cette chaire numérique ?

« Comme toute thèse, c’est un travail de recherche. Le sujet sera étudié, sur une période de trois ans, sous ses différents aspects. « 

Bertrand Mocquet, Vice-Président au numérique de l’UPVD et responsable de la chaire. « Il faut démystifier le numérique en cassant son image virtuelle trop éloignée de l’humain. Aujourd’hui le numérique est une norme sociétale. Il repose sur l’humain, sur les échanges, sur les habitudes relationnelles. Si l’on parle des tablettes en agences, cet objet conduit à repenser les métiers. L’outil n’est plus un frein mais un facilitateur de la relation client ». Michel Mannarini et Fabienne Villeseque, enseignants-chercheurs au sein du  Montpellier Research of Management, sont les acteurs qui encadrent ce travail sur trois années.


Un nouveau modèle de partenariat avec les acteurs économiques

« Nos partenaires nous disent : « J’ai une problématique ». À nous de travailler avec eux à la résoudre, explique Fabrice Lorente, Président de l’UPVD et de sa Fondation. Ce modèle de partenariat, avec un comité opérationnel, un thésard, des masters, on l’a pensé entre nous. Ça n’existait pas auparavant »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.